Chronique ~ Le Land Art

Le land art est un sous mouvement de l’art contemporain né dans les années 1960 aux Etats Unis, qui consiste à créer des œuvres d’art en prenant pour cadre la nature. Certains artistes choisissent d’utiliser uniquement ce qu’ils trouvent dans la nature, tandis que d’autres préparent des matériaux qu’ils incluent ensuite dans le paysage. Au cœur de l’idéologie, une volonté de sortir du cadre des musées, réservés à une petite partie de la population mondiale, de cesser de faire de l’art une marchandise, d’explorer les espaces et leurs possibilités et de créer à la vue de tous.

Créer peut s’avérer très compliqué, car cela requiert alors des autorisations : 10 ans de négociations ont été nécessaires pour que l’artiste Christo ait le droit de toucher au Pont Neuf.

Les œuvres sont généralement appelées des Earthwork, en souvenir de l’exposition éponyme de Robert Smithson, considéré comme le père du land art, à New York en 1968. Aujourd’hui, on désigne de plus en plus par Earthwork les travaux d’immense envergure, qui bouleversent durablement et significativement les paysages.


Toutefois, ces œuvres finissent par retrouver des formats plus classiques, puisque le grand public les connait majoritairement en photographies que l’on retrouve entre autres dans les grands musées.


Parmi les œuvres les plus impressionnantes, on retrouve :



Robert Smithson, Spiral Jetty : un exemple d’œuvre uniquement réalisée avec des éléments naturels (boue, sel, rochers, bois). Cette spirale rend hommage au cycle solaire et à l’infini. C’est une réalisation de grande ampleur (457 mètres de long !!), mais plutôt acceptée car elle ne perturbe pas réellement l’environnement dans lequel elle s’inscrit. On peut toujours observer l’œuvre lorsque le volume d’eau du Grand Lac Salé (Utah) est assez bas.



Christo, L’emballage du Reichstag : on a ici un exemple de modification assez artificielle du paysage (qui était déjà lui-même artificiel). C’est une œuvre immense, qui a attiré plus de 5 millions de personnes lors de sa création en 1995. Bien sûr, une œuvre d’une telle ampleur sur un monument si important a suscité des critiques, notamment chez le chancelier Helmut Kohl, qui a dénoncé une « atteinte à la dignité du puissant symbole de l’histoire du pays ».



Walter de Maria, Lightning Fields : Cette œuvre a la particularité d’être extrêmement ponctuelle. C’est sans doute une des œuvres du land art qui est le plus intrinsèquement liée à la nature et à son environnement. Elle consiste en un carré de 1 km de côté contenant 400 mâts en acier supposés attirer la foudre, et créer l’œuvre en la recevant. Il est possible de visiter cet espace et d’espérer que la foudre tombe en logeant dans une cabane pour une durée de 24 heures.

NOUS CONTACTER

Nous serions ravis d'échanger avec vous...

François Santuitart
(cliquer sur l'icône)
Pestre2017